Dimanche
Accueil Remonter Celebration

Nous avons partagé notre façon de vivre le ministère PO, son évolution et sa grande diversité. Ce ministère ne nous a pas seulement enrichis personnellement. Il a marqué l'Eglise et pour une part également le monde ouvrier.

 La lutte avec les organisations ouvrières est souvent rude, mais elle est aussi habitée par une recherche permanente de bonheur. Et cela rejoint la joie de la libération en Christ.

  La participation à notre rencontre, de PO venus de divers pays (Europe, Asie, Amérique latine) nous a fait découvrir d'une façon nouvelle la dimension internationale de la condition ouvrière, dans des situations et des cultures diverses.

 Si la façon que nous avons eue de vivre le ministère est en train de changer, cela ne détruit pas notre conviction profonde. Même si c'est d'une façon radicalement nouvelle, l'aventure PO doit continuer.

 Aussi nous tenons à ce que se poursuive la recherche de l'équipe nationale en lien avec la Mission ouvrière, pour l'implantation de nouvelles équipes de témoins (prêtres, diacres, religieuses et autres baptisés), sur des lieux significatifs. Et cela ne nous dispense pas d'être appelants auprès des jeunes, dans nos relations habituelles.

 Les jeunes générations de salariés n'en demeurent pas moins capables de se mobiliser pour des actions parfois dures, où ils découvrent l'arrogance et la rudesse patronales. Et à leur façon, ils nous réapprennent à nous aussi, combien la lutte syndicale demande d'intelligence et de persévérance.

 La lutte, nous la découvrons aussi avec les associations de quartier ou de locataires et les associations humanitaires. Surtout nous y découvrons un immense souci de l'humain avec ce désir d'éveiller hommes et femmes blessés par l'existence à prendre leur place dans la lutte pour une humanité nouvelle et à devenir des citoyens actifs. Nous y découvrons cet appel lancinant à ne pas nous contenter d'agir sur les conséquences, mais de cerner les causes de l'inhumain, et les racines de l'exploitation et de la misère.

 

P.O. ITALIENS

 Nous vivons des temps difficiles pour la Société et pour l'Eglise : quelqu'un parlait d'hiver et de nuit. Nous ne voulons pas être des feuilles mortes, un fleuve qui va à la dérive.

Nous pouvons reconnaître le mensonge et dire que ce modèle économique porte à la destruction de la terre.  -  Nous pouvons dire quelque chose de Dieu, parce que connaissant le langage des Hommes, par le choix que nous avons fait.

Ce n'est pas le moment de tirer les épingles du jeu...

La situation en Italie est critique et aujourd'hui plus qu'hier, on a besoin de résistance. Beaucoup de catholiques, ont appuyé et soutenu la nouvelle orientation politique sous la promesse de quelques aides pour les écoles privées et pour la famille.

Le centre-droit parle de politique de la famille. Mais pour beaucoup de monde, les droits fondamentaux n'existent pas, surtout les jeunes, qui n'ont pas la possibilité de former une famille, à cause de l'incertitude de l'avenir et de la précarité du travail.

Aucun politique ne parle plus de réduction des dépenses militaires. On parle seulement de consolation et des émotions, et on ne parle pas de vérité et de justice.

Les célébrations jubilaires terminaient toujours avec des acclamations au pape. jamais avec une prière.

C'est le moment de reprendre le texte de l'Apocalypse où l'on parle de la Bête et de la lettre aux Sept Eglises. C'est le moment de crier fortement que la Foi n'est pas possible sans le lien avec la vie, sans écouter, marcher et dialoguer avec les hommes et les femmes.

Le futur des P.O : donner aux autres la perle précieuse que nous avons trouvé et aider d'autres à la retrouver.

 

Courrier  à pretres.ouvriers@wanadoo.fr (Coordonnées )
pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 17 oct. 2006