L'annonce
Accueil Remonter Préparation Presse Journaux

L'ANNONCE DE "PENTECOTE 2001"

 

Mesdames et Messieurs,

 

Si nous avons souhaité vous rencontrer ce matin, c’est parce que nous pensons que le rassemblement international que nous préparons au début du mois de juin prochain pose des questions qui débordent largement notre collectif, tant au niveau de l’annonce de l’Evangile et de la présence de l’Eglise parmi les travailleurs que de la construction de l’Europe et des immenses interrogations posées aujourd’hui par la mondialisation. Oh ! Certes, nous ne sommes détenteurs d’aucune solution miracle, mais le fait que nous soyons à la fois des ouvriers et des prêtres, engagés, à notre petit niveau, dans le processus de transformation du monde à cause de Jésus-Christ et de l’Evangile, est porteur d’une démarche originale que nous souhaitons partager.

 

Je crois que le trait d’union le plus fondamental entre les prêtres-ouvriers, c’est que nous sommes d’abord des amoureux. Nous aimons ce monde qui se construit, nous aimons les gens, simplement, gratuitement, sans aucun mérite de notre part car ils nous le rendent bien. Nous aimons mêler nos vies avec les plus petits de la société. Nous les aimons jusqu’à refuser ce qui les blesse, les mutile, les abîme, les broie, les tue. Et cette résistance que nous avons longtemps vécue au niveau de l’entreprise, aujourd’hui, nous sentons que c’est au niveau des multinationales et de la finance qu’il faut la prolonger. Depuis longtemps déjà, nous vivons une solidarité internationale en particulier à l’intérieur des organisations syndicales. Mais un bond gigantesque se produit depuis quelques années qui pose de nouvelles questions. C’est dans les domaines de la culture, de l’économie, de l’environnement, de la communication, que se posent de plus en plus, au niveau mondial, les exigences d’une société plus juste et plus fraternelle. Nous avons de plus en plus cette conviction, comme beaucoup d’autres et avec beaucoup d’autres, que la planète est entre nos mains, et qu’il faut tout mettre en œuvre pour que les puissantes potentialités dont nous disposons soient au service de la vie et du développement.

 

Un peu partout en Europe, les prêtres-ouvriers sont présents dans les organisations qui mènent ces combats, dans la recherche de solutions alternatives à la mondialisation capitaliste. C’est ce qui motive le  thème rassembleur de cette rencontre :

 « Sur la route des hommes et des femmes, vivre l’aujourd’hui, ouvrir l’avenir ».      Notre rencontre se veut d’abord un partage de notre compagnonnage  et des questions   que nous voyons émerger au fil des années : Les travailleurs sont-ils une marchandise ? C’est une question d’une brûlante actualité…

       Quelles solidarités vivons-nous avec les exclus et quelles résistances à l’exclusion ?

            La mondialisation ne peut-elle être dominée que par le commerce et l’argent ? Comment construire d’autres projets alternatifs ? Quels est la place du politique ? Quels nouveaux espoirs voyons-nous naître ?

Y a-t-il un avenir possible pour tous les hommes ? Quel monde sommes-nous en train de construire ? Dans quel sens va notre monde ?

     Ce sont là quelques-unes des questions qui nous travaillent un peu partout en Europe, comme beaucoup d’autres chrétiens et quelquefois avec eux (le MMTC, par exemple) et que nous souhaitons partager pour chercher aussi ensemble des chemins d’avenir. Le fait d’ailleurs que cette rencontre se déroule pendant les jours de Pentecôte n’est pas un hasard. Car le jour de Pentecôte, la question qui est posée aux premiers Chrétiens est de savoir quel monde ils vont construire ; sera-t-il un monde où les hommes se rapprochent et cherchent à y vivre la fraternité, ou bien le monde de la tour de Babel basé sur la puissance ; « La terre entière se servait de la même langue et des mêmes mots »… mais pour quoi faire ? L’unité recherchée est basée sur la puissance et la démesure, une situation qui engendre la non-communication.

 

A la Pentecôte, nous voyons à l’œuvre une unité engendrant la communication. Le don de l’Esprit est l’assurance que tous ceux qui sont rassemblés sont fils et filles de Dieu et appelés à cette dignité, mais, bien au-delà, tous les hommes et femmes de la planète.. Pendant un moment, on ne sait pas ce qu’ils disent, mais l’important, c’est que les hommes entrent en communication parce qu’on a quitté le champ de la puissance symbolisée par Babel. Pour reprendre un slogan récent qui a fait le tour du monde, nous pourrions dire aussi que les premiers chrétiens vivent cette expérience qu’ un autre monde est possible.

 

Pentecôte est le point d’orgue du mouvement de libération qui court à travers toute l’histoire biblique. Tout commence avec la libération d’Egypte de ce tout petit peuple, Israel, et on passe de la libération de ce peuple minuscule à l’idée que ce qui se passe là finit par avoir un sens pour toute l’humanité. Le moment le plus fort de ce dépassement des limites est atteint dans le Nouveau Testament avec l’annonce de l’Evangile aux païens. C’est la transgression de toutes les frontières, évoquée par l’Apôtre Paul : « Il n’y a plus ni homme ni femme, ni esclave ni homme libre, ni juif ni grec… ». Avec la venue du Christ, toutes les frontières sont abolies dans ses relations aux hommes et au cosmos.

 

Pendant ces 3 jours, nous interrogerons notre monde, nous interrogerons la Bible, nous interrogerons l’Eglise. Pour nous, c’est tout un. Nous partagerons nos chemins de libération, nous en chercherons le sens profond, nous en esquisserons d’autres. Comme tous les chrétiens et avec eux, nous sommes porteurs d’une ouverture de la Foi à tous les peuples, pour que tous l’entendent dans leur propre langue. Nous sentons bien que, pour nous, va se poser de plus en plus la question : Comment mondialiser l’Evangile ? Quelle place avons-nous à prendre dans la réflexion  sur une théologie européenne de la libération ?

Cette première rencontre internationale de Pentecôte des prêtres-ouvriers est le fruit de contacts qui ont lieu depuis près de 20 ans entre nous au niveau européen. Depuis 1982, de petites délégations venant en majorité des pays d’Europe  se sont rencontrées tous les ans . Elles se sont déroulées en lien avec les évolutions de la classe ouvrière et du monde, mais aussi pour chercher à partager et à comprendre la richesse de chacun des collectifs présents, à travers son vécu et son histoire. L’accélération de la mondialisation et la conscience de nous rejoindre dans nos intuitions fondamentales  nous a incités à organiser cette rencontre. C’est un peu un pari. Nous avons un peu conscience que, modestement, pour notre part, nous avons à inventer cette Pentecôte 2001 afin qu’elle porte du fruit au-delà de toute frontière.

Pierre Niobey

 

Courrier  à pretres.ouvriers@wanadoo.fr (Coordonnées )
pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 17 oct. 2006