En BREF
Accueil REPERES FIGURES Un avis... suite...

Ces prêtres envoyés,

qui sont-ils ? 

 

Ils sont issus de différentes classes sociales de leur époque, qu'ils soient diocésains ou religieux.

Au cours de ces 50 dernières années beaucoup de choses ont bougé, dans les mentalités et dans le type d'insertion de ces prêtres dans les lieux de travail.

On peut distinguer quatre périodes :
   
                 - de l'après-guerre jusqu'au ler mars 54 
                    - la relance avec Vatican Il et mai 68
                    - les années 80
                    - depuis 89 à nos jours.

 Au cours de ces quatre périodes successives - et en fonction du visage que donnait l’Eglise dans le même temps - , les p.o. se sont laissés interroger par les conditions de vie des travailleurs.

Ils se sont laissés “ prendre”, se sont laissés “ saisir ” volontairement par des situations humaines, sociales et économiques très différentes.

 1. Avant 1954, la classe ouvrière et le mouvement ouvrier sont très puissants dans la société et profondément étrangers à l'Eglise. Ils considèrent souvent l’Eglise comme ennemie de classe. En effet, celle-ci continue de penser la mission dans la classe ouvrière en termes de “ conquête ” et d' “ influence ”

Dans le même temps, il existe dans l’Eglise une réelle volonté de changement. Des chrétiens et des prêtres, de plus en plus nombreux, la bousculent et l'interpellent.

 2. La génération p.o. des années 70 rencontre une classe ouvrière déjà bien différente. Cette classe ouvrière est profondément marquée par le progrès économique et les perspectives d’une transformation sociale radicale. Le souvenir de Mai 68, avec ses fortes secousses économiques, sociales et culturelles, n'est pas loin.

On peut remarquer :
            - une crise des institutions et de l'autorité
            - une perte d'influence importante de l'Eglise face au courant de sécularisation
            - un mouvement important d'émancipation dans l'Eglise (“Echange et Dialogue” en fut l’une des expressions qui marqua de nombreux prêtres).

Les p.o. de cette période se veulent créatifs. Ils vivent d'espoir et de dynamisme avec Vatican II dans leurs bagages.

 3. A partir de 1980, les p.o. sont marqués par la persistance de la crise, la montée du chômage, la perte de vitesse des grands espoirs collectifs, la chute du mur de Berlin. De nombreux p.o. passent à la retraite professionnelle. Ils gardent la ferme volonté de continuer ce ministère en fidélité à l'engagement de leur vie.  

4. La dernière génération de prêtres-ouvriers connaît depuis 10 ans une tout autre situation économique. Le monde ouvrier et le mouvement ouvrier sont profondément transformés.

La pauvreté, la misère et l'exclusion s'imposent à eux, souvent avec plus de force que l'appartenance de classe. A cela s’ajoutent l’effondrement des grands systèmes de pensée, les nouvelles dimensions de la mondialisation et les nouvelles formes d’action qui en découlent.

Dans ces situations nouvelles, la manière de vivre la mission est évidemment modifiée.

 

La Mission doit se vivre et se penser en termes de dialogue et de proposition.

 
 

Courrier à pretres.ouvriers@wanadoo.fr  (Coordonnées )
pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 01 Décembre 2002